Play Video

Vous avez été touché
par le témoignage de Yves ?

CONTACTER Yves

“Une dépression m’a conduit aux portes du suicide”

Témoignage de Yves
Yves Guézou est illustrateur, il met son talent au service de l’annonce de l’Evangile. Traversé par une dépression, il ose un cri de détresse à Dieu. La réponse lui parvient de façon inattendue et marque un point tournant dans sa vie.

Bonjour, je m’appelle Yves et je suis dessinateur humoriste. Donc c’est comme ça qu’on me connaît, à travers mes dessins qu’on peut retrouver dans la presse, dans la publicité aussi, la communication d’entreprise, partout où on peut mettre de l’humour.

J’ai fait une école de commerce, au départ parce que je ne savais vraiment pas quoi faire dans l’existence : je dessinais beaucoup et c’est comme ça que, petit à petit, j’ai laissé tomber le commerce pour ne me consacrer qu’au dessin.

Et puis, j’ai eu une crise existentielle assez forte, une dépression carabinée qui m’a conduit aux portes du suicide parce que je ne voyais plus que cette solution pour sortir des souffrances que m’apportait la vie. Pour moi, l’autre était un ennemi, systématiquement. Je me suis pris plein de gamelles. Du coup, c’était devenu une évidence terrible, c’était que la vie n’était que souffrance. Au début, c’était : la vie n’a pas de sens. Donc, autant rigoler. M’est arrivé à un moment où je n’arrivais même plus à rigoler : j’arrivais quand même à faire de l’humour dans mes dessins, mais j’en riais plus. Et je me suis retrouvé assez isolé : je n’avais plus d’amis. J’étais complètement coupé de ma famille.

Et au pire moment, j’ai découvert que mon maître dans mes dessins qui s’appelle Chaval, qui est un super dessinateur, s’était suicidé. Et, pour moi, c’était la confirmation de mon destin. Et, quand c’est devenu si clair…ce qui m’arrêtait, c’était de ne pas faire souffrir mes parents. Dans un dernier sursaut, j’avais découvert une église assez intéressante à Paris, qui n’était pas très loin de chez moi : j’étais dans le Marais, rue Charles V. Donc, il y avait une communauté de moines et de moniales assez jeune, très dynamique, avec une très belle liturgie qui emportait l’âme vers le Haut. Et là, je ressentais une certaine paix. Donc, je venais très souvent dans cet endroit.

Jusqu’au jour, c’était un 1er de l’An, en fait, c’était pendant le réveillon, j’étais venu dans cette église. J’entendais tous les gens faire la fête dehors. Et pour moi, je me disais : « C’est fini ce genre d’expérience. Je ne pourrais plus jamais vivre ça avec qui que ce soit. » C’était une époque où même aller acheter du pain dans une boulangerie était une souffrance pour moi. Et là, pour la première fois, j’ai eu une inspiration : c’était de crier vers Dieu, ce Dieu qui me paraissait inaccessible, lointain, qu’on rencontrait, peut-être, à la fin de sa vie si on avait suivi un certain parcours initiatique…bref, un truc un peu tarabiscoté.

Et là, je Lui ai crié de toutes mes tripes : « Si tu peux faire quelque chose dans la vie d’un individu, Tu interviens dans la mienne parce que, moi, je rends mon tablier. » Et, j’ai bien fait d’avoir ce réflexe parce que, quelques jours après, je suis revenu au même endroit. Dans cet endroit, il y avait des moines et des moniales qui priaient. Et j’ai prié avec eux. Et là j’ai senti ce qu’on appelle chez les cathos, la « Présence Réelle ». Et en fait, j’ai senti la présence du Christ. Les mots sont trop, trop limités pour pouvoir expliquer ce que j’ai ressenti, mais l’effet c’est que je suis tombé par terre en pleurant, mais des larmes de joie. Parce que je ressentais une puissance d’amour incroyable avec un regard de miséricorde, une espèce de clairvoyance sur toutes mes « conneries », toutes mes déviations, mais en même temps, regard de pardon, d’amour.

Et, quand je suis sorti de là, j’étais prêt à donner ma vie à ce Dieu qui avait répondu à ma prière. Et j’étais prêt à devenir moine, prêtre…ce qu’Il voulait. C’était pas son plan parce que, dans le même endroit, j’ai rencontré, peu de temps après, Ligia, qui a éclairé ma vocation de moine et de prêtre, c’est-à-dire que j’ai tiré un trait. Et on s’est mariés six mois après.

Donc ensemble, quand on s’est mariés, on a fait ce même engagement devant Dieu. On Lui a dit : « On a bien merdouillé jusqu’à présent. Mais c’est Toi qui vas tenir les rênes de notre vie. » Et, à partir de là, vraiment, j’ai, commencé à exister et, vraiment, à exister dans le bonheur, et un bonheur qui ne nous quitte plus, ni Ligia ni moi, qui est toujours croissant. Et, ceux qui étaient pour moi des ennemis avant, sont maintenant des frères.

Et pour moi, quand le Christ dit « Aimez vos ennemis », c’est vraiment ce qu’Il m’a permis de faire. Et donc, Il nous permet d’aller dans des endroits où on ne serait jamais allés, rencontrer des gens vers qui on ne serait jamais allés et, du coup, vivre des choses phénoménales, extraordinaires, qui sont un chemin de joie.

Vous avez été touché
par le témoignage de Yves ?

CONTACTER Yves

Plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

Guilhem découvre de façon brutale son adoption. Il est alors saisi d’une sensation d’abandon qui le conduit dans ce qu’il décrit comme une descente aux enfers. Vient alors le confinement, apparaissant comme une échappatoire à la souffrance vécue quotidiennement à l’école. Grâce à ses parents qui l’ encouragent à suivre les célébrations de Pâques en ligne, il fait une découverte qui va donner un nouvel élan à sa vie : des petits pas vers une nouvelle relation avec Dieu.
Est-ce que Dieu existe ? 

Est-ce que Dieu existe ? 

Marquée par une enfance difficile, Céline s’est retrouvée à un moment de sa vie face à des questionnements existentiels. Sa rencontre avec un professeur de philosophie va la conduire vers un vrai cheminement spirituel. Une aventure de la foi au cours de laquelle elle va passer du concept de Dieu, à la relation avec Dieu.
"La clé du bonheur, il n’y a que Jésus qui l’ait !"

"La clé du bonheur, il n’y a que Jésus qui l’ait !"

Lucas grandit sous le regard d’une maman chrétienne. Seulement dans ses jeunes années, se rendre à la messe était pour lui contraignant, jusqu'à ce qu'un évènement tragique vienne éveiller sa curiosité sur le mystère de la croix. Commence alors pour lui un cheminement vers Jésus, une aventure jalonnée de rencontres providentielles…
"Une dépression m'a conduit aux portes du suicide"

"Une dépression m'a conduit aux portes du suicide"

Yves Guézou est illustrateur, il met son talent au service de l’annonce de l’Evangile. Traversé par une dépression, il ose un cri de détresse à Dieu. La réponse lui parvient de façon inattendue et marque un point tournant dans sa vie.

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

Confiez-nous votre prière

Un chrétien de l’équipe Découvrir Dieu vous répondra
après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

écrivez-nous votre intention

Un chrétien de l’équipe Découvrir-Dieu vous répondra

après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

Votre intention
Merci de rédiger votre intention
Merci de renseigner votre adresse email
[lire les CGU]

Appelez le 09 80 80 64 40,

un chrétien vous écoute

et prie pour vous.

Appelez le

09 80 80 64 40,

un chrétien

vous écoute

et prie pour vous.

Trouvez l’église

la plus proche

de chez vous