Play Video

Vous avez été touché
par le témoignage de Yannick ?

CONTACTER Yannick

« A la mort de Jean-Paul II, j’ai senti le besoin de prier »

Témoignage de Yannick
Eloigné de la foi, Yannick ressent le besoin d’aller prier dans une église en apprenant la mort de Jean-Paul II. Dans sa prière, il comprend qu’il a retrouvé Dieu.

A l’âge adulte, de par mon métier de cuisinier je travaillais tous les week-end et je ne pouvais plus aller à la messe. J’ai vécu comme ça pendant 20-25 ans. Un soir au boulot, j’ai appris par hasard, à la radio, la mort de Jean-Paul II. Dix minutes plus tard, on m’a annoncé que l’Eglise à côté du restaurant où je travaillais serait ouverte toute la nuit pour que les gens puissent aller prier.

“Et pendant cette prière, il m’a retrouvé”

Là, en sortie du boulot, j’ai senti un besoin impérieux, mais vraiment une forme qui m’attirait à aller prier devant le tabernacle. Et pendant cette prière, il m’a retrouvé. Je dis retrouvé parce que je n’étais pas loin de lui, puisque la prière ne m’avait jamais quitté. Mais c’était plutôt une prière de demande :”donne-moi ça, fais ça pour moi”. Là je me suis senti en action de grâce parce que Jean-Paul II pour moi, c’était quelqu’un d’important. C’était quelqu’un que j’avais eu la chance de rencontrer en pèlerinage à Rome, et la façon dont il nous avait dit bonsoir sur la place Saint Pierre m’avait touché énormément.

“La première chose que je leur ai demandé c’était ma bible”

Alors après, je suis revenu petit à petit, doucement vers la messe. J’y allais une fois par mois, une fois tous les deux mois et en fait de plus en plus souvent et heureusement. Il y a sept ans, j’ai dû être opéré en urgence d’un cancer colorectal. Le chirurgien le matin est venu dans ma chambre en me disant :”Bon, je vous opère à 2h, j’en ai pour 4h”. Sauf que sur la table, j’ai fait une péritonite. Et au lieu de 4h d’opération ça a été 8h30. Ensuite, trois semaines en soins intensifs. Le seul souvenir dont je me rappelle c’est que mes parents étaient là à mon réveil et que la première chose que je leur ai demandé c’était ma bible. Quand le chirurgien l’a vue, lui qui était musulman a dit en voyant la bible :”Je comprends mieux, j’avais l’impression d’être guidé sur la table, mais je vois que je n’étais pas tout seul”.

“J’ai découvert que Dieu n’était pas quelqu’un de loin”

Et il m’a demandé l’autorisation de prier avec moi quand il pourrait. En fait tous les soirs pendant 5-10 minutes, on priait ensemble, pour les opérations difficiles qu’il allait avoir, pour les malades qui étaient en soins intensifs et pour tous les malades de l’hôpital. Cette expérience pour moi, ça été quelque chose d’assez fort. Je me suis aperçu qu’en fait ça agrandissait ma foi et que ça fortifiait ma foi dans ma religion. J’ai découvert que Dieu n’était pas seulement quelqu’un de loin, mais quelqu’un de très proche, un père qui nous prenait dans ses bras. Maintenant l’Eucharistie c’est un besoin, c’est une respiration, c’est une force de vie et l’adoration encore plus. En fait, c’est un dialogue, quand on parle à un ami, on lui parle sans obligation, on lui parle. On fait la conversation, c’est naturel. Dieu pour moi c’est un ami donc je lui parle comme à un ami.

Témoignage recueilli et réalisé en partenariat avec KTO

Vous avez été touché
par le témoignage de Yannick ?

CONTACTER Yannick

Plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

Théo s’éloigne de la foi après le divorce de ses parents, peu après ses douze ans. Des années plus tard, tandis que sa grand-mère vivait ses derniers jours, c’est vers la prière qu’il se tourne pour traverser ce moment douloureux de sa vie. Sa relation à Dieu s’en trouve renouvelée.
Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Gisèle grandit dans une famille catholique mais à l’adolescence elle fait un rejet de la foi. Cependant, quelques années plus tard, c’est à travers sa profession d’assistance sociale qu’elle est traversée par des questions existentielles liées à la souffrance et à l’existence de Dieu. Un signe reçu lors d’une retraite va transformer sa relation aux autres ainsi que son regard sur les souffrances qu’elle accueille désormais différemment.
"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

Guilhem découvre de façon brutale son adoption. Il est alors saisi d’une sensation d’abandon qui le conduit dans ce qu’il décrit comme une descente aux enfers. Vient alors le confinement, apparaissant comme une échappatoire à la souffrance vécue quotidiennement à l’école. Grâce à ses parents qui l’ encouragent à suivre les célébrations de Pâques en ligne, il fait une découverte qui va donner un nouvel élan à sa vie : des petits pas vers une nouvelle relation avec Dieu.
Est-ce que Dieu existe ? 

Est-ce que Dieu existe ? 

Marquée par une enfance difficile, Céline s’est retrouvée à un moment de sa vie face à des questionnements existentiels. Sa rencontre avec un professeur de philosophie va la conduire vers un vrai cheminement spirituel. Une aventure de la foi au cours de laquelle elle va passer du concept de Dieu, à la relation avec Dieu.

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

Confiez-nous votre prière

Un chrétien de l’équipe Découvrir Dieu vous répondra
après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

écrivez-nous votre intention

Un chrétien de l’équipe Découvrir-Dieu vous répondra

après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

Votre intention
Merci de rédiger votre intention
Merci de renseigner votre adresse email
[lire les CGU]

Appelez le 09 80 80 64 40,

un chrétien vous écoute

et prie pour vous.

Appelez le

09 80 80 64 40,

un chrétien

vous écoute

et prie pour vous.

Trouvez l’église

la plus proche

de chez vous