RENCONTRER | PRIER | DIALOGUER

TÉMOIGNAGE DE Stephane
« Le départ de ma compagne a été un tsunami dans ma vie »

Travail, famille, amis, tout semblait aller pour le mieux dans la vie de Stéphane. Le départ soudain de sa compagne avec leur fille va bouleverser son quotidien. Perdu, il se tourne vers Dieu.

Vous avez été interpellé par le témoignage de Stephane

CONTACTER Stephane

Il y a deux ans, j’ai alors 32 ans, une merveilleuse petite fille de 1 an. J’aime ma compagne, j’ai une famille aimante, une vie sociale épanouissante, une carrière professionnelle merveilleuse, épanouissante, tout roule, j’ai une passion pour le tango argentin, je vie sur mon petit nuage. Par ailleurs j’avais été baptisé enfant mais je suis absolument pas pratiquant.

« Cette situation est un tsunami dans ma vie

Au milieu de tout cela, quand tout va bien, j’ai ma compagne qui m’envoie un message me disant qu’elle me quitte avec notre petite fille alors âgée de 1 an, qui part à 800 km avec notre enfant, ne souhaite pas que je puisse la revoir dans les mois qui viennent. Tout d’abord je comprends rien. Je crois pas à cette situation qui est un tsunami dans ma vie. Je sais pas comment réagir face à cette violence qui me submerge, qui me terrasse. Je suis prêt à balayer ma vie d’un revers de main pour faire cesser cette souffrance, pour revoir notre enfant.

A ce moment-là, je ressens quelque chose, une expérience intérieure qui est vraiment très forte que j’ai du mal à décrire avec des mots. Tout m’échappe je ne contrôle plus rien. La seule chose que je puisse faire c’est dire « non, je crois en Dieu, Dieu est amour et je crois qu’il existe un chemin d’amour ». En revanche si j’ai une certitude c’est que je suis incapable de trouver le chemin d’amour par moi-même, que seul je m’effondre. Ça a été un acte qui a été décisif.

« Une amie m’avait proposé d’aller prier avec elle »

Immédiatement après, j’ai reçu comme cadeau une foi brûlante et ardente j’ai reçu énormément de soutien, j’ai eu la chance d’avoir des personnes bienveillantes autour de moi. Une amie m’avait proposé d’aller prier avec elle donc je savais pas vraiment prier, j’avais plutôt fondu en larmes plus qu’autre chose, je savais faire que ça à cette époque.

J’ai eu le sentiment de vraiment vivre un véritable cœur à cœur avec Dieu. Je pense qu’au moment le plus difficile de ma vie, rétrospectivement, c’était une prière la plus primitive qui soit, ça ressemblait davantage à un cri de désespoir, de souffrance, à un « au secours Seigneur », tout vacille et y’a rien qui est fixe, y’a rien qui est solide sur lequel je puisse m’appuyer. Et à ce moment-là, me saisir de cette barre fixe que je visualisais comme Dieu et de m’accrocher de toutes mes forces à cette barre pour franchir la tourmente au moment le plus difficile de ma vie.

« J’ai découvert de la parole de Dieu »

Et donc ça été une expérience de sentir Dieu me porter dans cette épreuve et par la suite ça a été répété, dans les mois qui ont suivi, j’ai vraiment eu le sentiment de vivre ce profond cœur à cœur avec Dieu par le visage incarné de toutes les personnes qui m’ont apporté de la chaleur, de l’amour, du soutien. J’ai ressenti comme un impératif de mettre ma vie en cohérence avec cette foi brûlante, avec cette foi qui m’avait été donnée comme un cadeau. J’avais à cœur l’apaisement de la situation, la recherche d’une solution par le dialogue, de vraiment agir en ce sens et agir par ces actes concrets, aussi difficile soit-il pour moi de les poser en toute confiance. Aujourd’hui j’ai le sentiment de cette foi brûlante qui m’anime, me pousse à mettre en application ce que j’ai découvert de la parole de Dieu via la Bible et d’être cohérent donc je découvre la joie de la prière que je ne connaissais pas, d’aller à la messe ce qui m’aurait fait bondir il y a encore peu de temps. C’est une joie qui m’apporte la paix, qui m’aide à avancer sur ce chemin en dépit des épreuves qui ne disparaissent pas mais qui me permettent de m’alimenter, de m’alimenter pour cheminer vers plus d’amour, pour notre petite fille et vers l’apaisement avec sa maman.