04 Marie

Dieu m’a donné pour ami, son fils Jésus

Témoignage de Marie
Le handicap de Marie lui a fait endurer moqueries et brimades, elle a subi le divorce de ses parents, la mort de son grand frère, le désespoir, le rejet de Dieu. Une retraite a changé le cours de son existence...

Je suis la quatrième enfant d’une famille de cinq. À ma naissance, de graves complications m’ont laissé un handicap physique. Il ne se voit presque plus aujourd’hui, grâce à des années de rééducation, mais il m’a valu les moqueries de mes camarades de classe, de la maternelle au collège. J’ai dix ans quand mes parents divorcent. C’est violent, traumatisant. Je pensais n’avoir pas droit au bonheur ni d’être heureuse un jour. C’est difficile d’avoir une vision d’un Dieu aimant, protecteur, consolateur. Ce qui m’aidait à y croire, c’était les amis, les rassemblements de jeunes chrétiens et les retraites spirituelles… Le 11 novembre 2017, je reçois un coup de téléphone pendant que je suis au travail. Je n’ai pas reconnu la voix de l’homme qui est au bout du fil. C’était pourtant mon père, qui m’a demandé de m’asseoir et m’a annoncé : « Gwénolé est mort ». Mon frère était décédé à Saint-Jacques-de-Compostelle dans son sommeil, à la fin de son pèlerinage.

 

« C’était la dernière chance »

J’ai banni Dieu de ma vie. Pendant un an, j’ai eu peur de prier, peur de m’attirer d’autres malheurs. En proie à la tristesse, au doute, à la colère ou dans la joie, je m’adressais souvent à Dieu. Quand je l’ai largué, je me suis sentie terriblement seule. En janvier 2018, je me rends seule à Lourdes pour chercher des réponses et un peu de réconfort auprès de la Vierge Marie. J’ai gravi le chemin de croix en bouillonnant intérieurement. Je me disais : « Seigneur, tu portes une croix, d’accord, mais tu la gardes pour toi. Je n’en veux pas de ta croix, de tes souffrances. Laisse-moi tranquille ! ». Ma vie m’avait montré une fausse image de Dieu et de son fils Jésus : un Dieu sadique, qui me demande de l’aider à porter sa croix.

J’ai vécu 23 ans avec la foi, donc tout n’a pas disparu du jour au lendemain. Au fond de moi, je restais persuadée que Dieu était la réponse. Je suis partie faire une agapèthérapie, ou « guérison par l’Amour de Dieu ». C’était la dernière chance. Si je ne rentrais pas convertie, sans signe d’amour de Dieu, je quittais définitivement toute pratique religieuse et le milieu catholique.

« Je suis repartie convertie »

Dans ce lieu appelé le Cénacle, j’ai entendu une phrase qui a ouvert mon cœur à Jésus : « Le Christ est mort et ressuscité, voilà le fondement de notre Foi. » Quel ami ! Quel réconfort que Jésus. Quel Roi, vainqueur. Il a vécu notre condition humaine, a pleuré la mort de son ami Lazare, eu le sentiment d’être abandonné par son Père, vécu la solitude, l’exil, a travaillé, est mort. Mais il est ressuscité ! Il a vaincu toute tristesse. Sa résurrection est une victoire ! Dieu m’a montré l’image d’un Gwen heureux, derrière le Christ, me faisant son signe de la main habituel. Je suis persuadée qu’il est heureux là où il est, qu’il veille sur ma famille. Dieu est venu me remplir d’espérance en me donnant pour cadeau, pour ami, pour frère, son fils Jésus.

Le Seigneur est un Dieu libérateur, il m’a éclairé à prendre les bonnes décisions concernant mes relations familiales difficiles. Je suis retournée à la messe, pour y contempler la mort et la résurrection du Christ, le don total de sa vie, pour nous sauver et nous offrir une joie éternelle. Je prends le temps de prier quotidiennement, de lire la Bible, de me laisser enseigner par les prophètes, les apôtres, et Jésus lui-même. Je suis arrivée à la retraite dépressive, en colère, triste, perdue et sans espoir. J’en suis repartie convertie et heureuse. Le Seigneur n’a pas cessé d’entretenir cette joie et cette paix qui m’habitent.

Témoignage recueilli et réalisé en partenariat avec KTO
Vous avez été touché
par le témoignage de Marie ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu à dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

Quand Jean-Luc rencontre sa future femme, elle lui apprend qu'elle est très croyante. Il accepte alors à sa demande de se poser la question de l'existence de Dieu.
« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

Faire la fête, s'éclater, avoir des petits amis. C'est le programme que de Véronique pendant ses études aux États-Unis. Il va être quelque peu bousculé par les événements.
« Je cherchais à tout prix à être heureuse ! »

« Je cherchais à tout prix à être heureuse ! »

Adolescente, Claire compte vivre sa vie comme elle l’entend. Mais après une déception amoureuse, elle choisit de chercher à nouveau le Dieu de son enfance.
« Pour moi, Dieu était une énergie »

« Pour moi, Dieu était une énergie »

En quête de sens et de bonheur, Théo part découvrir la spiritualité bouddhiste en Chine. Là-bas il rencontre un chrétien qui lui parle de la Bible…