Play Video

« Plus je suis chrétien, plus je suis juif »

Témoignage de Joël
Marqué dans sa famille par la tragédie de la shoah, Joël vit douloureusement son identité juive. Un jour, la lecture d’une phrase de l’Evangile résonne en lui comme une promesse de Dieu. Il fait alors un saut dans la foi chrétienne et reçoit le baptême.

Je suis d’une famille juive qui a immigré en France dans les années 20. Ma famille a souffert directement du génocide, mon père a été déporté et il a pu revenir. A cause de cette tragédie, mon enfance et mon adolescence étaient marquées par un poids de tristesse, de mort. Cela a fait que j’avais du mal avec mon identité juive. J’ai commencé à me marginaliser de plus en plus.

“Je me suis dit, ça c’est la vérité”

Je me cherchais, je cherchais quelqu’un sans savoir qui. J’ai frappé à de nombreuses portes qui m’ont conduit, qui m’ont fait entrer dans des lieux ténébreux, douloureux. La chose la plus grave qui me soit arrivée c’est que j’ai été le père d’un enfant avorté. Mon amie de l’époque est allée se faire avorter en Angleterre en 1971. Malgré toutes les expériences négatives que je faisais, je continuais à lire et à chercher, jusqu’à ce qu’en 1975 je trouve un livre qui parlais de la non-violence. C’est un mot qui a résonné de manière très particulière en moi puisque j’étais empli de violence. Ça a été comme une bouffée d’air frais, une lumière dans mon cœur. Donc j’ai lu tous les livres que cet auteur a écrit, dont un commentaire de l’évangile. Lorsque j’ai fini de lire le livre, je me suis dit : “Ça c’est la vérité, ce serait peut-être bien que je devienne chrétien.”

“J’ai accepté de croire que Jésus était le Messie d’Israël”

Ça c’est une adhésion intellectuelle à la doctrine, il fallait encore que mon cœur y adhère. Donc j’ai vécu pendant quelques semaines, quelques mois un combat intérieur douloureux, angoissant. Je ne savais que faire jusqu’à ce que je tombe sur une phrase de l’évangile, où Jésus disait que : “Certains d’entre vous ne verrez pas la mort sans voir arriver le royaume.” Cette parole je l’ai reçue en plein cœur et j’ai reçu ça comme une promesse du Seigneur, comme une promesse de Dieu. Une promesse qu’il ferait quelque chose pour mon peuple, pour le peuple juif, pour ma famille, pour mon père, et pour moi. Ce qui fait qu’à ce moment-là j’ai fait un saut dans la foi et j’ai accepté de croire que Jésus était le Messie d’Israël et qu’il était le fils envoyé par le Père pour sauver les hommes et me sauver.

J’ai donc reçu le baptême dans l’église catholique quelques mois plus tard, au mois de juillet 1976 à Notre Dame du Laus. Je me suis mis à prier une heure par jour. J’ai passé beaucoup beaucoup de temps en cœur à cœur avec le Seigneur, ce qui a permis de me mettre à nu devant lui et il m’a guéri des blessures de ma vie, des blessures des pêchés que j’avais pu commettre. Il m’a guéri de mon identité juive que j’avais beaucoup de mal à vivre. Il me suffit de me mettre à son écoute, de l’aimer, de me laisser aimer par lui, de communier à son corps et à son sang pour accueillir en moi cette identité juive et cette identité chrétienne qui l’accomplit dans un sens. Et je dirais aujourd’hui que plus je marche avec Jésus, plus je suis chrétien, plus je suis juif.

Témoignage recueilli et réalisé en partenariat avec KTO
Vous avez été touché
par le témoignage de Joël ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu a dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"J’ai été abandonné par mon père"

"J’ai été abandonné par mon père"

Abandonné par son père lorsqu’il avait 10 ans, Eric nous partage le cheminement qui le mènera de l’oubli au pardon. Son témoignage édifiant est le récit d’une vie de famille, transformée par la puissance de la prière.
"A 18 ans, j’ai tout laissé tomber"

"A 18 ans, j’ai tout laissé tomber"

Odile grandit dans une famille catholique, avec l’image d’un Dieu qui n’était pas particulièrement attrayant. Adulte, elle décide de tout laisser tomber. Cependant, quelques années plus tard, poussée par le rayonnement d’une amie catholique, elle découvre une nouvelle façon de prier. Au cours d’une confession, le Seigneur se révèle à elle dans toute sa miséricorde. Sa vie prend alors un nouveau tournant.
"Je ne manquais de rien sauf de l’essentiel qui est l’amour"

"Je ne manquais de rien sauf de l’essentiel qui est l’amour"

La quête de l'Amour va entraîner Gray sur un chemin d'ombres et de lumières. En criant vers le Ciel, c'est Marie, la mère du Sauveur qui viendra le rejoindre dans sa faiblesse pour faire jaillir en lui une vie nouvelle.