Play Video

« Plus j’étais mal, plus ma collègue me parlait de Jésus ! »

Témoignage de Hélène
Alors qu’Hélène vit une séparation douloureuse avec son conjoint, une collègue lui parle de Jésus. Cette rencontre avec le Christ va la guérir de plusieurs blessures.

Je suis issue d’une famille catholique non pratiquante. J’allais seulement à la messe avec ma mamie quand j’allais la voir certains weekends,. Je n’ai jamais fait de catéchisme. J’ai grandi dans le milieu de la musique, je suis devenue technicienne de spectacle, avec une vie plutôt la nuit, et une vie pas très rangée.

Il y a 5 ans j’ai changé de travail et je suis arrivée dans une nouvelle salle de spectacle. Une collègue avec qui j’ai très vite sympathisé, m’a parlé de Jésus. Jésus la rendait heureuse, alors j’étais ravie pour elle mais ce n’était pas du tout pour moi. C’était un moment très difficile pour moi, au niveau de mon couple. On était en séparation, avec le papa de mes enfants. Plus j’étais mal plus ma collègue me parlait de Jésus. Ça a commencé à me titiller, à avoir de l’importance pour moi. Je faisais une thérapie en même temps pour moi-même et pour mon couple. Nous avons décidé de nous remettre ensemble avec une demande en mariage, et j’ai très vite voulu me marier à l’église. Je ne savais pas très bien pourquoi, mais je ne me sentais pas appelée juste à la mairie, mais à l’église.

C’est le jour du mariage ou le lendemain, que je me suis rendue compte que ce n’était pas juste une signature, qu’on n’était pas deux mais trois, avec Dieu. Pour ne pas faire la catho dans les cases, j’ai quand même décidé de continuer à boire. J’ai un entourage qui n’est pas du tout croyant, et je n’avais pas envie de donner cette image de « prout prout catho ». Je voulais continuer à faire la fête, garder cette partie qui était en moi.

L’année dernière j’ai fait une marche vers le mont Saint Michel, on était une quarantaine et pendant toute la journée en marchant je parlais de Jésus, c’était vraiment ce qui m’aidait à avancer, et le soir, arrivés en fin d’étape c’était le rendezvous dans les bars et on enchaînait les verres, les uns après les autres et le lendemain ça recommençait. A la fin quand je suis rentrée à la maison je me suis rendu compte qu’il y avait un problème. Ma vie c’était deux vies. Je me sentais vraiment appelée à choisir. Ça n’a pas été très compliqué de choisir.

Depuis je n’ai plus bu d’alcool, j’ai complètement arrêté. Je me sens tellement plus libre, je me rends compte que c’est possible de faire la fête sans picoler jusqu’à plus soif. Aujourd’hui ma vie a beaucoup plus de sens, je pense que je suis vraiment plus rayonnante qu’avant, et c’est bien plus agréable d’être en ma présence qu’avant.

Jésus c’est mon appui, c’est la personne qui est là toujours avec moi. C’est mon ami, je ne suis plus jamais seule.

Vous avez été touché
par le témoignage de Hélène ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu à dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

Non croyant, Gilles est marqué par un professeur de français qui lui parle d'un Dieu créateur, bon et grand. Cette rencontre sera la point de départ d'une longue quête personnelle vers Dieu.
"Ma timidité a disparu"

"Ma timidité a disparu"

Issue d'une famille très conflictuelles, Hélène se replie sur elle-même et devient très timide. La prière va devenir son arme principale pour vaincre la peur !
« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

Quand Jean-Luc rencontre sa future femme, elle lui apprend qu'elle est très croyante. Il accepte alors à sa demande de se poser la question de l'existence de Dieu.
« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

Faire la fête, s'éclater, avoir des petits amis. C'est le programme que de Véronique pendant ses études aux États-Unis. Il va être quelque peu bousculé par les événements.