Play Video

« J’ai été libéré de mon addiction »

Témoignage de Emmanuel
Accro du graff, Emmanuel, un jour qu'il est interpellé par la police, voit ses parents pleurer. Il se dit alors : "Manu, maintenant, il faut que tu arrêtes."

À 12 ans, j’ai commencé à m’intéresser au tag (graff). Peu à peu, c’est devenu de plus en plus important pour moi. Je peignais des murs d’autoroutes, de voies ferrées, puis des trains, des métros… Gardes à vue au commissariat, perquisitions de la police à domicile ; je suis même passé deux fois au tribunal. Après une course-poursuite, nous nous sommes fait arrêter. Mes parents avaient été informés par la police. En les voyant, j’ai compris qu’ils étaient vraiment déçus. Ils pleuraient. Je me suis dit : « Manu, tu fais trop de mal autour de toi. » J’ai alors décidé d’arrêter mais n’y suis pas arrivé. C’était devenu une drogue !

Subitement, le graff ne m’intéressait plus du tout.

Six mois plus tard, un de mes amis allant mal, j’ai pensé que peut-être Dieu pourrait l’aider. Nous sommes allés ensemble à des rencontres chrétiennes où tout commençait par un bon repas. Puis venait un enseignement, suivi d’un groupe de discussion. Il y avait une très bonne ambiance. Au milieu de ce parcours, on nous a proposé un week-end sur Dieu, qui nous disait-on, agit dans nos vies. S’il faisait des choses pour les autres, peut-être pouvait-il m’aider, moi aussi ! Ce jour-là, le 19 novembre 2003, entre 17 et 18 heures, j’ai fait cette prière : « Seigneur, j’ai envie d’arrêter le graff et je n’y arrive pas. Peux-tu faire quelque chose pour moi ? »  Aussitôt je me mis à pleurer, sans savoir pourquoi et ce pendant 45 minutes. Je ne faisais pas le rapprochement avec ma prière. Le lendemain, un gars avec qui je graffais beaucoup me raconte ce qu’il avait fait la veille. Je l’écoutais, mais ça ne m’intéressait pas. Après l’avoir quitté, je marchais dans la rue et les tags que je voyais me laissaient indifférent. De même, les magazines spécialisés… Dieu m’avait libéré de cette passion pratiquée depuis sept années, comme je le lui avais demandé, instantanément, sans aucun effort de ma part.

Le désir artistique qui m’habite est bon; il avait juste été mal orienté.

Toute ma vie a changé. Le graff, qui prenait tout mon temps libre, n’était plus mon centre d’intérêt. En quelques semaines, je m’éloignais de mes « amis ». Je cherchais des jeunes à la foi vivante. J’en rencontrais et, petit à petit, Dieu remit ma vie en ordre pour me rendre toujours plus libre. La Bible m’a beaucoup aidé et m’aide toujours à penser comme Dieu pense et à me rapprocher sans cesse de lui.

Quelques années plus tard, j’ai compris que le désir artistique qui m’habitait était bon ; il avait juste été mal orienté. J’ai donc développé des projets de graff orientés vers Dieu dans des endroits autorisés ou exposés à la vue de tous. Des graffs mais aussi des toiles, des tableaux et des vêtements, etc. Servir Dieu en se faisant plaisir, c’est un réel bonheur !

Vous avez été touché
par le témoignage de Emmanuel ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu à dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

Non croyant, Gilles est marqué par un professeur de français qui lui parle d'un Dieu créateur, bon et grand. Cette rencontre sera la point de départ d'une longue quête personnelle vers Dieu.
"Ma timidité a disparu"

"Ma timidité a disparu"

Issue d'une famille très conflictuelles, Hélène se replie sur elle-même et devient très timide. La prière va devenir son arme principale pour vaincre la peur !
« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

Quand Jean-Luc rencontre sa future femme, elle lui apprend qu'elle est très croyante. Il accepte alors à sa demande de se poser la question de l'existence de Dieu.
« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

Faire la fête, s'éclater, avoir des petits amis. C'est le programme que de Véronique pendant ses études aux États-Unis. Il va être quelque peu bousculé par les événements.