Play Video

Vous avez été touché
par le témoignage de Edouard ?

CONTACTER Edouard

” Dieu, si Tu existes, je suis prêt à te rencontrer. “

Témoignage de Edouard
Entrainé par sa femme dans un parcours spirituel, Edouard vie une forte expérience intellectuelle. La prière de ses amis va transformer cette expérience en rencontre avec Dieu.

Je m’appelle Édouard. J’ai 32 ans. Je suis issu d’une famille catholique. Mes parents m’ont fait baptiser petit, enfant. Et, néanmoins, pendant plusieurs années, je n’ai pas eu de vie spirituelle particulière : j’allais à la messe par habitude. J’étais aux scouts aussi, jeune. Donc je baignais dans un environnement chrétien, catholique, mais j’avais une relation assez intellectuelle à la foi, au rapport à Dieu. Je ne me posais pas beaucoup de questions et je suivais ce que faisaient mes camarades de classe, ce que faisaient les jeunes qui étaient dans le scoutisme avec moi. Et, en école d’ingénieur, en l’occurrence, j’ai complètement décroché. Je n’allais pas à la messe, je n’avais pas vraiment de vie spirituelle : tout ça s’est, petit à petit, un peu amenuisé. Et me posais assez peu de questions.

Ça a été comme ça pendant près de dix ans. Et puis un jour, j’ai rencontré une jeune fille qui est devenue ma femme depuis, Laetitia, et qui m’a dit un jour : « Est-ce que ça te dirait, Édouard, de suivre avec moi un parcours de formation un petit peu spirituel, avec des temps de prière, des temps de formation, de catéchisme disons, pour personnes plutôt adultes ? Moi, ça me ferait plaisir que tu m’accompagnes ». Et donc, à ce moment-là, j’ai dit : « Pourquoi pas ! » C’était un sujet qui m’intéressait sur le plan intellectuel mais…ça restait vraiment, pour moi, une découverte intellectuelle, culturelle.

Et donc j’ai engagé comme ça, c’était en 2015, un parcours de deux mois où, chaque semaine, le mercredi soir, on se retrouvait en petits groupes pour discuter de choses un peu spirituelles. Il se trouve qu’il y avait un prêtre qui était là et qui nous parlait, autour d’une belle icône, de ce qu’était un peu Dieu, ce Dieu qu’on avait un petit peu (en tout cas pour ma part) oublié : j’avais de vagues souvenirs d’enfance de catéchisme mais, évidemment, tout ça était un peu nouveau. Et donc, semaine après semaine, j’ai eu la chance de suivre ce parcours qui était intéressant, mais c’était quelque chose de théorique. Et puis ça a duré comme ça près de deux mois.

Et puis, je me rappelle bien l’avant-dernière séance de ce petit parcours de formation-prière, disons-le comme ça, où un des jeunes organisateurs me dit : « Alors, Édouard, est-ce que le parcours t’a plu ? » Je dis :

« Oui, oui.

— Et est-ce que tu veux qu’on prie pour toi la semaine prochaine, à l’issue de ce parcours pour la dernière session ? »

Et là, je me rappelle lui dire : « Écoute, je ne crois pas en avoir besoin. Merci pour ce parcours. C’était intéressant. Mais je ne crois pas avoir besoin qu’on prie pour moi et puis je n’en n’éprouve pas le désir. » Et là, il m’a dit : « Au fond, qu’est-ce que tu as à perdre ? Est-ce qu’il y a quelque chose qui te fait peur ? Je t’invite vraiment à te laisser conduire, à ce qu’on puisse prier pour toi, à ouvrir ton cœur, et puis…voilà. Peut-être qu’il va se passer quelque chose de bon, de positif. »

Et puis là, j’ai un petit peu basculé. Je me suis dit : « Allez ! Lançons-nous ! » Et puis j’ai accepté qu’on prie pour moi. Donc, la semaine d’après, je me suis retrouvé avec un petit groupe, dans une petite chapelle de cette église où nous avions suivi le parcours depuis deux mois. Et puis on m’a demandé de dire quelque chose. Donc là, je ne savais pas trop quoi dire. J’arrivais pas trop à parler. Mais j’ai simplement dit une chose quand même. J’ai dit : « Dieu, si Tu existes, je suis prêt à te rencontrer. » C’était pas formulé avec ces mots-là, mais c’est l’esprit. J’ai accepté un peu, un saut dans l’inconnu. J’ai accepté de me laisser surprendre, alors que j’étais, encore une fois, sur un plan très intellectuel en rapport avec l’existence de Dieu qui était, pour moi, une hypothèse.  Mais j’ai accepté : « Seigneur, Dieu, si tu existes, je suis prêt à te rencontrer. »

Et puis là, très simplement, des gens ont prié pour moi. Et ça ma touché, sans que ce soit la révolution, le feu, la transcendance…que sais-je…C’était pas du tout ça. Mais j’étais simplement touché, en me relevant, que les gens aient prié pour moi. Et en fait, tout a changé à ce moment-là, mais très progressivement, sans que je m’en rende compte. Et j’ai senti petit à petit, mais depuis ce moment de prière, que mon cœur se transformait. Et donc, j’ai eu ce besoin de revenir à la messe, de prier ensuite tous les jours. On s’est mis à prier en couple aussi. Et dans notre couple, ça a été assez fort : j’ai senti que lien d’âmes grandissait aussi et que ça nous soudait.

Et puis un jour, on s’est posé la question du mariage aussi. Et ça a été très important. On s’est engagés dans des associations caritatives. J’ai ensuite changé de métier puisque, quelques années après, j’ai eu le désir de m’engager auprès des populations des quartiers difficiles en France. Tout ça, c’est une espèce de feu qui a grandi en moi : j’avais vraiment cette soif, et je l’ai encore, de me rapprocher de Dieu et de son amour au quotidien., car Il me donne vraiment son amour au quotidien.

Vous avez été touché
par le témoignage de Edouard ?

CONTACTER Edouard

Plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

Théo s’éloigne de la foi après le divorce de ses parents, peu après ses douze ans. Des années plus tard, tandis que sa grand-mère vivait ses derniers jours, c’est vers la prière qu’il se tourne pour traverser ce moment douloureux de sa vie. Sa relation à Dieu s’en trouve renouvelée.
Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Gisèle grandit dans une famille catholique mais à l’adolescence elle fait un rejet de la foi. Cependant, quelques années plus tard, c’est à travers sa profession d’assistance sociale qu’elle est traversée par des questions existentielles liées à la souffrance et à l’existence de Dieu. Un signe reçu lors d’une retraite va transformer sa relation aux autres ainsi que son regard sur les souffrances qu’elle accueille désormais différemment.
"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

Guilhem découvre de façon brutale son adoption. Il est alors saisi d’une sensation d’abandon qui le conduit dans ce qu’il décrit comme une descente aux enfers. Vient alors le confinement, apparaissant comme une échappatoire à la souffrance vécue quotidiennement à l’école. Grâce à ses parents qui l’ encouragent à suivre les célébrations de Pâques en ligne, il fait une découverte qui va donner un nouvel élan à sa vie : des petits pas vers une nouvelle relation avec Dieu.
Est-ce que Dieu existe ? 

Est-ce que Dieu existe ? 

Marquée par une enfance difficile, Céline s’est retrouvée à un moment de sa vie face à des questionnements existentiels. Sa rencontre avec un professeur de philosophie va la conduire vers un vrai cheminement spirituel. Une aventure de la foi au cours de laquelle elle va passer du concept de Dieu, à la relation avec Dieu.

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

Confiez-nous votre prière

Un chrétien de l’équipe Découvrir Dieu vous répondra
après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

écrivez-nous votre intention

Un chrétien de l’équipe Découvrir-Dieu vous répondra

après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

Votre intention
Merci de rédiger votre intention
Merci de renseigner votre adresse email
[lire les CGU]

Appelez le 09 80 80 64 40,

un chrétien vous écoute

et prie pour vous.

Appelez le

09 80 80 64 40,

un chrétien

vous écoute

et prie pour vous.

Trouvez l’église

la plus proche

de chez vous