Play Video

Le témoignage de Amandine vous a interpellé ?

CONTACTER Amandine

“Mon fils ainé a eu une adolescence difficile.”

Témoignage de Amandine
Issue d’une famille catholique, Amandine pensait cocher toutes les cases pour une vie tranquille jusqu’au jour où son mari et elle ont du faire face à l’adolescence difficile de leur fils. C’est à ce moment que sa foi va prendre une autre dimension.

Je m’appelle Amandine. J’ai grandi dans une famille chrétienne, mais avec une foi qui était héritée, assez superficielle. Au moment de l’adolescence, j’allais à la messe par ce que c’était obligé, mais ça ne m’intéressait pas tellement : en fait, quand je pouvais y échapper, j’y échappais. Je me rappelle très bien avoir compté le temps qui restait en disant : « Ah ! On est à tel moment ! C’est bon ! C’est bientôt la fin ! » J’avais aucune relation avec Dieu.

Et puis, j’ai vécu ma vie. J’ai rencontré mon mari. On s’est mariés. On a eu quatre enfants. Ça se passait très bien : en fait, j’étais contente de ma vie. Je trouvais que j’étais une bonne mère, que je m’occupais très bien de mes enfants qui, d’ailleurs, étaient beaux, intelligents et très bien élevés. Et c’est vrai que je ne me posais aucune question : j’étais heureuse, j’étais contente de ma vie.

Et puis, on a beaucoup déménagé pour la vie professionnelle de mon mari. Et, arrivé à l’adolescence, mon fils aîné a eu une adolescence difficile, a traversé des moments difficiles. Et, en fait, beaucoup de choses en moi se sont effondrées parce que je ne comprenais pas ce qui se passait, je n’arrivais pas à l’aider. J’étais extrêmement inquiète de voir à quel point il allait mal : ça avait aussi des retentissements sur mon couple, sur mes autres enfants. Et j’étais vraiment… J’étais dans un pays étranger, je n’avais pas beaucoup de soutien autour de moi. Ça a été vraiment une période où je me suis dit : « Je ne vais pas y arriver, on ne va pas y arriver. Qu’est-ce qu’on va faire ? »

Et j’avais des amis, qui n’étaient pas des amis très proches, mais des gens qu’on connaissait. Parce qu’on était arrivés dans cet endroit où on noue toujours des relations. Et une de ces amies m’a dit : « Écoute, Amandine, là, avec ce qui t’arrive, il faut que tu viennes avec moi chez Marie : elle a un groupe de prière des mères. J’y suis aussi. Tu vas voir, c’est génial ! » Je lui ai dit :

« Mais non ! Attends… Tu m’as bien regardé ! La prière des mères, c’est quoi ce truc !

  • Ah ! Mais on prie ensemble pour nos enfants.
  • Jamais de la vie ! »

Elle a insisté plusieurs fois :

« Écoute, j’aimerais que tu viennes une fois. C’est le mardi. Tu peux !

  • Fiche-moi la paix, Anne ! C’est hors de question ! C’est pas pour moi ! »

Et elle a été assez fine, parce qu’elle m’a dit un jour : « Écoute, mon amie, Marie, vient d’avoir un petit bébé. Elle a accouché. Elle est sortie de la maternité aujourd’hui. Moi, je voudrais passer pour voir si elle a besoin de quelque chose. Viens avec moi ! » Tout de suite : « Oui, bien sûr ! » Je ne me rappelais pas que c’était Marie.

Et donc, on a été voir Marie, avec son tout petit bébé, je me rappelle : il avait cinq jours, il était minuscule, adorable ; une femme extrêmement chaleureuse qui me dit : « Mais Anne m’a beaucoup parlé de toi ! Tu sais que j’ai un groupe de prière, le mardi matin ! Il faudrait que tu viennes ! » Je dis : « Non, Anne m’en a déjà parlé. C’est pas pour moi ! » Elle dit : « Tu ne peux pas savoir si tu n’essaies pas. Allez ! Viens une fois ! » Et voilà : elles étaient là toutes les deux. Il y avait ce petit bébé. J’ai dit : « Bon, d’accord ! » J’y ai pas cru une seconde !

Donc, la semaine d’après, j’arrive à ce groupe de prière des mères : on était six. On prie pour nos enfants. C’est une prière qui est un peu formelle : on récite quelques prières les unes après les autres. Et en fait, on confie nos enfants au Seigneur ; c’est-à-dire, c’est pas de dire « Seigneur, fais que mon fils guérisse, ou fais que mon fils aille mieux ! », c’est dire : « Seigneur, je te confie mon fils ! » Et, dans cette prière des mères, il y a une des prières qui, dès le début, m’a profondément touchée. Cette prière, c’est de dire : « Seigneur, nous avons essayé de tout régler par nous-même, ou alors rien fait du tout. Et, aujourd’hui, nous venons te confier nos enfants. Car nous savons que Tu les aimes infiniment plus que nous ne les aimons. »

Et en fait, quand j’ai lu, en l’occurrence, cette prière, parce que je ne connaissais rien du tout, ça m’a vraiment touché. Et, je suis revenue la semaine d’après. Et, je suis revenue la semaine d’après… Et, dans ce groupe de prière, on partageait vraiment plus que la prière, même si on se réunissait pour prier, on repartait ensuite. Il y avait un partage très profond de ce que chacune portait comme souci. Et toutes ces femmes sont toutes devenues des amies très chères. Et donc, j’ai continué cette prière.

Et l’année suivante, cette amie, Marie, nous a proposé d’aller, ensemble, faire un pèlerinage dans un endroit qu’elle aimait bien, qui était loin de chez nous. Et elle a dit : « Moi, j’ai très envie d’y aller. Et ce serait bien qu’on y aille ensemble. Est-ce que vous voulez y aller ensemble ? Il y a besoin d’une voiture. » Et on est parties, alors pas toutes :  on est parties à cinq dans cet endroit.

Et en fait, à cet endroit, j’ai fait une expérience de ce que j’avais commencé à avoir découvert dans la prière des mères, c’est-à-dire que Dieu est vraiment là : Il nous aime. Et on peut Lui confier, Lui abandonner ses soucis. Et en fait, j’ai découvert que, vraiment, j’étais aimée, profondément, que mes enfants étaient aimés profondément par le Bon Dieu, et que je pouvais Lui faire confiance.

Je pense que c’est à ce moment-là que je suis vraiment devenu chrétienne. Et aujourd’hui, la vie continue à être pleine de difficultés, de surprises plus ou moins bonnes, on va dire, mais j’ai plus peur : c’est vraiment un cadeau que j’ai reçu de ma relation à Dieu. J’ai plus peur, j’ai confiance : quoi qu’il arrive, je me dis qu’en fait, ça a un sens. Dieu est avec nous, il est là. Il nous aime et on n’est pas seul.

Et en fait, ça me donne une sérénité, une envie de communiquer cette joie, de dire : « Mais le monde n’est pas fichu ! C’est pas absurde ! Le monde est merveilleux : l’avenir, c’est Jésus a déjà gagné, en fait ! » Et j’aimerais que tout le monde le sache !

Le témoignage de Amandine vous a interpellé ?

CONTACTER Amandine

Plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

« J’ai voulu acquérir une puissance que Dieu seul donne. »

« J’ai voulu acquérir une puissance que Dieu seul donne. »

Après des années à pratiquer des soins énergétiques, Cécile commence à se poser des questions. Son petit ami musulman la met en garde contre cette magie. Le début pour elle d'une recherche de la vérité.
"J'aimerais bien trouver mon lieu, mon Eglise, mon Dieu... savoir où est la vérité"

"J'aimerais bien trouver mon lieu, mon Eglise, mon Dieu... savoir où est la vérité"

Entourée d'amis croyants et heureux de l'être, Carolina décide elle aussi de se mettre en quête de vérité. Après des années de tâtonnement, elle découvre la Parole de Dieu et fait la rencontre d'un ami qui va changer sa vie.
"Je ne comprenais pas trop le sens de ma vie"

"Je ne comprenais pas trop le sens de ma vie"

À 27 ans, Emmanuel sent un vide en lui et se pose plein de questions scientifiques, questions sur le sens de sa vie... Jusqu'au jour où il se retrouve coincé au Grand-Saint-Bernard, en plein hiver, pour une semaine avec des catholiques.
"J'étais en colère contre Dieu"

"J'étais en colère contre Dieu"

Après des années compliquées et suite à une séparation, Thierry est fragilisé et se sent tiraillé entre un désir de Dieu et le sentiment de ne pas en être digne. Jusqu'au jour où il découvre des poèmes de grands saints et pousse la porte d'une église.

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

Confiez-nous votre prière

Un chrétien de l’équipe Découvrir Dieu vous répondra
après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

écrivez-nous votre intention

Un chrétien de l’équipe Découvrir-Dieu vous répondra

après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

Votre intention
Merci de rédiger votre intention
Merci de renseigner votre adresse email
[lire les CGU]

Appelez le 09 80 80 64 40,

un chrétien vous écoute

et prie pour vous.

Appelez le

09 80 80 64 40,

un chrétien

vous écoute

et prie pour vous.

Trouvez l’église

la plus proche

de chez vous