Play Video

Vous avez été touché
par le témoignage de Bénédicte ?

CONTACTER Bénédicte

« A la mort de mon mari, j’ai touché de près l’amour de Dieu »

Témoignage de Bénédicte
Bénédicte perd son mari d'un cancer fulgurant. Profondément blessée, elle découvre pourtant l'amour de Dieu.

Je suis née dans une famille catholique. Mes deux parents pratiquent, donc j’ai été élevée dans la pratique de la foi. Mais jeune fille et jeune femme je pratiquais moins. Pourquoi ? Parce que ma foi était un peu tiède. Je n’avais pas l’impression d’avoir une grande intimité avec le Seigneur, mais je la cherchais : plusieurs fois je suis allée à des retraites. En grandissant ma vie n’était pas toujours simple et je lui ai vraiment demandé qu’il m’aiguille, Un jour je suis tombée amoureuse, je me suis mariée et j’ai eu le bonheur d’avoir trois enfants. La dernière est née en juillet 1998, on a passé des bonnes vacances avec mon mari, trois enfants : de trois ans, quinze mois et deux mois.

“Mon mari est mort d’un cancer fulgurant”

En septembre mon marié alors âgé de 40 ans, commençait à se sentir mal. En un mois, le 1er octobre, il est mort d’un cancer fulgurant. Et là, ma vie a totalement basculé. Je perd l’homme que j’aime et me retrouve seule à 38 ans pour élever trois petits enfants.

Mais pendant ces quatre semaines d’hôpital j’ai découvert que j’étais aimée de Dieu, follement aimée de Dieu. Dans cette douleur immense, je me suis sentie inondée d’amour, c’était physique je le sentais vraiment, je sentais de la chaleur je sentais qu’il était tout le temps avec moi. Je me suis dit que cet amour que je reçois vient de Dieu parce que je n’avais jamais connu un amour comme ça. C’était plus fort que l’amour que je pouvais recevoir de mes parents, de mon mari, de mes enfants.

Avant la mort de mon mari, j’avais l’impression d’être dans une foule, et je disais à Dieu qui était au-dessus de moi : “je suis là, me vois-tu ?” Comme à l’école quand on lève le doigt pour qu’on vous interroge et en fin de compte, le prof voit tout le monde sauf vous. Là, j’avais l’impression que c’était pareil

 

“J’ai compris que j’étais un trésor à ses yeux”

Avec la mort de mon mari, j’ai vraiment touché de près l’amour que Dieu me portait et j’ai vraiment appris à le connaitre. J’ai compris que j’étais un trésor à ses yeux, qu’il pleurait avec moi, qu’il souffrait avec moi. Il m’a complètement porté pendant cette épreuve et après aussi parce qu’il a fallu que je tienne debout, que je sourie à nouveau, que je me lève le matin pour les enfants, que la famille soit toujours dans la joie.

Je pense que doucement le Seigneur m’a préparé le cœur à recevoir tout cet amour au moment où il est mort. C’était extrêmement doux. C’était extrêmement fort mais extrêmement doux, extrêmement pacifiant et ça a été un immense bonheur dans ma vie. Alors un immense bonheur lié à la mort de mon mari, mais j’ai vraiment touché de près cette joie immense de se sentir infiniment aimé et c’est une joie qui ne me quitte pas et je suis tellement heureuse de l’avoir découvert. Ça a changé ma vie parce que aujourd’hui je pense vraiment que je l’aime beaucoup mieux que je n l’aimais avant. Aujourd’hui, j’ai envie de lui parler, d’être avec lui. Il est toute ma vie.

Témoignage recueilli et réalisé en partenariat avec KTO

Vous avez été touché
par le témoignage de Bénédicte ?

CONTACTER Bénédicte

Plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

Théo s’éloigne de la foi après le divorce de ses parents, peu après ses douze ans. Des années plus tard, tandis que sa grand-mère vivait ses derniers jours, c’est vers la prière qu’il se tourne pour traverser ce moment douloureux de sa vie. Sa relation à Dieu s’en trouve renouvelée.
Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Gisèle grandit dans une famille catholique mais à l’adolescence elle fait un rejet de la foi. Cependant, quelques années plus tard, c’est à travers sa profession d’assistance sociale qu’elle est traversée par des questions existentielles liées à la souffrance et à l’existence de Dieu. Un signe reçu lors d’une retraite va transformer sa relation aux autres ainsi que son regard sur les souffrances qu’elle accueille désormais différemment.
"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

Guilhem découvre de façon brutale son adoption. Il est alors saisi d’une sensation d’abandon qui le conduit dans ce qu’il décrit comme une descente aux enfers. Vient alors le confinement, apparaissant comme une échappatoire à la souffrance vécue quotidiennement à l’école. Grâce à ses parents qui l’ encouragent à suivre les célébrations de Pâques en ligne, il fait une découverte qui va donner un nouvel élan à sa vie : des petits pas vers une nouvelle relation avec Dieu.
Est-ce que Dieu existe ? 

Est-ce que Dieu existe ? 

Marquée par une enfance difficile, Céline s’est retrouvée à un moment de sa vie face à des questionnements existentiels. Sa rencontre avec un professeur de philosophie va la conduire vers un vrai cheminement spirituel. Une aventure de la foi au cours de laquelle elle va passer du concept de Dieu, à la relation avec Dieu.

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

Confiez-nous votre prière

Un chrétien de l’équipe Découvrir Dieu vous répondra
après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

écrivez-nous votre intention

Un chrétien de l’équipe Découvrir-Dieu vous répondra

après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

Votre intention
Merci de rédiger votre intention
Merci de renseigner votre adresse email
[lire les CGU]

Appelez le 09 80 80 64 40,

un chrétien vous écoute

et prie pour vous.

Appelez le

09 80 80 64 40,

un chrétien

vous écoute

et prie pour vous.

Trouvez l’église

la plus proche

de chez vous