Play Video

« J’étais agacé qu’on me dise « Dieu t’aime » alors que je ne ressentais rien ! »

Témoignage de Patrick
Toute sa vie, Patrick reste fidèle à la prière malgré la difficulté qu’il ressent. Une guérison lors d’une retraite va transformer son cœur et sa foi.

« Laissez-vous aimer par Dieu »

Je suis catholique, et j’ai un grand désir d’avancer avec le Seigneur, mais je me heurte à un certain nombre de difficultés. Une de mes difficultés majeures concerne ma relation avec Dieu le Père. Je m’en étais ouvert à un prêtre un jour. Je lui avait confié que je n’avais pas de problème pour créer une relation avec Jésus, mais je n’arrivais à en créer une avec Dieu le Père. Je comprenais intellectuellement qu’elle est nécessaire mais ça ne me parlait pas. » Ce prêtre m’avait répondu : « Laissez-vous aimer par Dieu ». Je lui avait alors demandé comment faire et il m’avait uniquement répondu : « Continuez ! » Ce qui était pour le moins très peu explicite.

J’ai « continué » pendant de nombreuses années, jusqu’à aujourd’hui, mais cette difficulté dans ma relation avec le Père persistait, et j’étais toujours agacé par cette Eglise qui vous répète sans cesse que Dieu vous aime alors que je ne ressentais strictement rien. J’ai alors choisi de revisiter sur le plan psychologique ma relation avec mon propre père.

« Tout d’un coup,  j’ai compris ce que ça voulait dire que Jésus m’aimait »

ll y a quelques mois, j’ai suivi une session de formation sur la prière pendant trois jours à Paris. Je restais très spectateur de la session, jusqu’à une soirée dite  « de guérison ». L’enseignant anglo-saxon, a pointé du doigt l’endroit où je me trouvais : « le Seigneur est en train de guérir un homme qui a un problème d’audition. Y a-t-il dans cette partie-là de la salle, quelqu’un qui a un problème d’audition ? ». J’avais des appareils donc j’ai levé timidement la main en regardant inquiet autour de moi si d’autres n’étaient pas dans la même situation que moi.

Je n’étais pas le seul, mais l’enseignant a continué à regarder dans ma direction : « le Seigneur veut parler à quelqu’un qui a un pull foncé ». J’avais un pull bleu marine… N’arrivant pas à accueillir cette situation dans la foi, j’étais de plus en plus mal à l’aise. Sans croire au fond de moi à une éventuelle guérison, j’ai tout de même, très discrètement, enlevé mes appareils . Le lendemain, au cours d’une prière, tout d’un coup j’ai compris ce que ça voulait dire que Jésus m’aimait et ce que ça voulait dire que de se laisser aimer par le Seigneur.

« J’accepte de ne pas être celui que je voudrais être »

Le regard que je portais sur moi-même a changé par la suite. Dorénavant, j’accepte de ne pas être celui que je voudrais être. J’accepte aussi de voir les autres tels qu’ils sont, avec leur propre chemin qui m’est mystérieux mais que je respecte. Ma relation avec le Seigneur a aussi évolué : j’admets et je ressens cet Amour qui m’attire, qui ne me juge pas, qui me prend tel que je suis. Aujourd’hui, je suis dans la paix et dans la joie. Ça été pour moi une véritable renaissance. Je rends grâce à Dieu.

Témoignage recueilli et réalisé en partenariat avec KTO
Vous avez été touché
par le témoignage de Patrick ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu à dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

Non croyant, Gilles est marqué par un professeur de français qui lui parle d'un Dieu créateur, bon et grand. Cette rencontre sera la point de départ d'une longue quête personnelle vers Dieu.
"Ma timidité a disparu"

"Ma timidité a disparu"

Issue d'une famille très conflictuelles, Hélène se replie sur elle-même et devient très timide. La prière va devenir son arme principale pour vaincre la peur !
« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

Quand Jean-Luc rencontre sa future femme, elle lui apprend qu'elle est très croyante. Il accepte alors à sa demande de se poser la question de l'existence de Dieu.
« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

Faire la fête, s'éclater, avoir des petits amis. C'est le programme que de Véronique pendant ses études aux États-Unis. Il va être quelque peu bousculé par les événements.