Play Video

« J’en voulais à Dieu! »

Témoignage de Grégory
Grégory a un don pour le chant. A ses 18 ans, il rentre au monastère mais doit le quitter après un an. S’en suit une descente dans l'enfer de la drogue.

« Pour la première fois, je me sentais aimé tel que je suis, gratuitement »

Quand j’avais 15 ans, j’ai fait une expérience unique. Adolescent, je me trouvais plutôt nul : j’étais en échec scolaire et je n’arrivais à rien.Je ne suis pas né dans une famille chrétienne. Pourtant, le jour où un prêtre m’a invité à jouer de la musique, je me suis senti interpellé par Dieu. J’ai fait l’expérience de l’existence de Dieu, et plus que ça, j’ai compris qu’il voulait le meilleur pour moi.

« C’est moi qui m’étais éloigné de lui avec mes actes mauvais»

A 18 ans, j’ai même décidé de rentrer dans un couvent. J’ai découvert la vie spirituelle, la prière, c’était formidable. Au bout d’un an, j’ai dû quitter le couvent à cause de ma santé, et j’en ai voulu à Dieu. Je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait car j’aurais voulu passer toute ma vie dans ce lieu où j’étais heureux. Alors, en quittant ce couvent, pour gagner ma vie, j’ai utilisé le don que j’avais reçu : la chanson. Et plus j’avais de succès, plus je gagnais d’argent, plus je faisais la fête. Progressivement je m’éloignais de Dieu. J’ai même commencé à me droguer et je suis tombé dans une dépression profonde. Je me disais : « Est-ce que ma vie mérite d’être vécue finalement ? » Nos échecs nous entraînent à penser qu’on ne mérite plus de vivre.

A ce moment, mon erreur était de penser ma vie comme un échec. Un jour, on m’a proposé une nouvelle drogue, plus dure que celles dont j’avais l’habitude. J’ai pris conscience du fait que si je disais « oui », je ne pourrai plus jamais dire « non ». Pour la première fois, j’ai eu la force et la volonté de dire « non ». En rentrant chez moi et je me suis mis à hurler : « Mais Seigneur, qu’est ce que tu attends de moi ? Moi j’ai envie d’être heureux aujourd’hui, pas dans 10 ans! Aujourd’hui. » J’en voulais à Dieu : « Mais pourquoi tu es parti ? » Puis j’ai compris que ce n’était pas lui qui s’était éloigné de moi. C’est moi qui m’étais éloigné de lui avec mes actes mauvais. Prendre conscience de cela m’a rendu très heureux. Je suis revenu vers Dieu petit à petit, grâce à une chose étonnante : la confession. J’allais trouver un prêtre chaque mois et je lui disais tout ce que j’avais fait. J’avais besoin d’être pardonné. J’avais aussi besoin d’apprendre à me pardonner : le mal que j’avais fait, et le mal que je m’étais fait. J’ai commencé à découvrir qui j’étais vraiment. En découvrant qui on est, on répond à l’appel de Dieu. Dieu ne nous demande pas quelque chose d’impensable, d’insurmontable. Il nous demande de devenir pleinement nous-mêmes.

« Jésus n’est pas une opinion. Il a réellement existé.»

Ce que je voudrais dire à ceux qui n’ont pas encore rencontré Jésus, c’est qu’il n’est pas une opinion. Il a réellement existé. Peut être que certains pensent qu’il n’est pas Dieu. Ce que je souhaite à chacun, c’est de rencontrer personnellement Jésus et de faire alors l’expérience qu’il est Dieu et qu’il est vivant. Dieu veut ce qu’il y a de meilleur pour chacun de nous. On l’expérimente quand on est ouverts et attentifs à sa présence dans nos vies. Dieu ne nous forcera jamais. Par amour il nous laisse totalement libre. J’espère que chacun pourra faire un jour cette expérience.

Vous avez été touché
par le témoignage de Grégory ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu à dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

Non croyant, Gilles est marqué par un professeur de français qui lui parle d'un Dieu créateur, bon et grand. Cette rencontre sera la point de départ d'une longue quête personnelle vers Dieu.
"Ma timidité a disparu"

"Ma timidité a disparu"

Issue d'une famille très conflictuelles, Hélène se replie sur elle-même et devient très timide. La prière va devenir son arme principale pour vaincre la peur !
« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

Quand Jean-Luc rencontre sa future femme, elle lui apprend qu'elle est très croyante. Il accepte alors à sa demande de se poser la question de l'existence de Dieu.
« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

Faire la fête, s'éclater, avoir des petits amis. C'est le programme que de Véronique pendant ses études aux États-Unis. Il va être quelque peu bousculé par les événements.