Minuit chrétien

Petite, je me souviens de ces Noëls féériques, sous la neige, entourés de montagne, tous réunis en famille. Les rires des cousins, des oncles et tantes, cette joie d’être ensemble. Je garde aussi un souvenir de mes grands-parents qui venaient rarement à la messe de Noël avec nous, car ils devaient surveiller la cuisson du repas, s’occuper de préparatifs de dernière minute… Mon cœur d’enfant s’attristait de leur absence.

Bien sûr, depuis le passage à l’âge adulte, je réalise combien Noël rime avec multitude de préparatifs logistiques, la cuisson de la dinde n’étant que la partie émergée de l’iceberg ! Réussir à trouver des cadeaux, jongler entre les bagages, les embouteillages, les préparatifs des repas, mettre tout le monde en tenue de fête… Un joyeux bazar à chaque fois qui nous fait dire que les vacances de Noël ne sont jamais les plus reposantes !

Pourtant, que serait Noël sans crèche ? Que reste-t-il de Noël si on enlève la naissance du petit Jésus, de cet enfant innocent né dans la paille d’une crèche ? Un joyeux bonhomme vêtu de rouge et blanc, certes, et des montagnes de cadeaux. Mais en l’honneur de qui ? Bien sûr que nous sommes heureux de nous offrir des cadeaux et de redoubler d’attentions les uns pour les autres, de faire l’effort de retrouvailles familiales malgré toutes les tensions qu’elles peuvent engendrer, tout ceci par amour… Néanmoins, si Noël a une dimension toute particulière, c’est parce que nous puisons l’amour à sa source. C’est cela qui nous fait nous émerveiller et recommencer année après année.

Car oui, dans la Bible il nous est dit : « Je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur ». C’était il y a 2000 ans et chaque année nous le fêtons car cette joie nous est donnée pour aujourd’hui. C’est une joie pour tous, croyants ou non-croyants, car Jésus vient visiter chacun sans distinction. Et si cette année, nous nous faisions le cadeau de revenir à l’essentiel et de l’accueillir, d’oser ouvrir notre cœur à ce petit bébé innocent pour lui permettre de nous faire goûter à cette joie ?

Voici une proposition de trois petits pas, pour un Noël plein d’émerveillement :

  • Entrer dans une Eglise pour une messe ou simplement pour allumer une bougie. Prendre un temps pour contempler la crèche. Ne pas hésiter à y aller avec des enfants, succès garanti !
  • Plutôt que de scander des « joyeuses fêtes » machinalement, oser souhaiter un « joyeux Noël ».  
  • Seul ou en famille, choisir une petite démarche pour partager la joie de Noël (inviter un voisin isolé, offrir un petit sablé cuisiné avec les enfants, passer un peu de temps avec le SDF que tu croises souvent…)

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

voir plus d'encouragementS

Pour Découvrir Dieu

Consolation
Rancoeur
Joli mois de mai