RENCONTRER | PRIER | DIALOGUER

TÉMOIGNAGE DE Martin
« Mon hypersensibilité est devenue ma force »

Depuis l’enfance, Martin lutte contre son hypersensibilité. Après une tentative de suicide, ses parents l’envoient auprès d’un prêtre par lequel Martin va rencontrer Jésus. Une rencontre qui va transformer sa vision de la vie.

Vous avez été interpellé par le témoignage de Martin

CONTACTER Martin

Je m’appelle Martin, je suis né à Dijon dans une famille catholique pratiquante. La foi était quelque chose de très important. Les parents nous éduquaient dedans mais on n’en parlait pas vraiment et quand on priait c’était chacun dans notre coin, mais je me suis rapidement rendu compte qu’il y avait quelque chose qui clochait un peu parce j’étais pas du tout comme mes frères. En fait, je suis hypersensible. C’est le terme que les spécialistes utilisent. En fait ça veut juste dire que tout m’impacte très très fort que ce soit dans la joie ou dans la tristesse. Donc c’était gentil mes parents qui me disaient qu’il y avait un Dieu qui m’aime et qui est charité et amour mais moi j’y croyais pas trop personnellement parce que je n’arrivais pas à m’aimer moi.

« Cette hypersensibilité pouvait être aussi ma force »

Quand j’avais vers 9-10 ans je sais plus exactement, ma grand-mère est morte et j’étais très proche d’elle. Ca été très dure pour moi. J’ai mis beaucoup de temps à m’en remettre et à partir de ce jour-là, je ne supportais plus la séparation. Je ne pouvais pas être séparé de mes parents, j’avais du mal à quitter mes amis à l’école. Tout m’affectait et tout me rendait triste. Un jour je me suis dit : si c’est ça la vie, j’ai plus envie de vivre. Et j’ai essayé de me suicider. Là mes parents sont pris les choses en main et ont commencé à, m’ont envoyé vers un prêtre. On a repris un les choses basiques de la foi ensemble. Ca a tout changé pour moi parce que j’ai senti à me sentir aimer de Dieu et je me suis rendu compte que cette hypersensibilité qui faisait que ma vie était si affreuse avant ça pouvait être aussi ma force et que même si elle me rendait triste, elle pouvait me rendre joyeux et finalement cette joie, c’était ce qui m’aidait à battre la tristesse quand elle arrivait.

Et donc j’ai commencé à prier plus personnellement. Je suis passé de la foi de tradition de ma famille où on allait à la messe parce que tout le monde allait à la messe à un vrai désir moi d’aller à la messe parce que c’était le moment où j’allais pouvoir rencontrer Dieu. Et je me souviens notamment d’un jour où j’étais à la montagne, on avait fait un bivouac avec des amis, et j’admirais le lever de soleil sur les montagnes. C’est vraiment un moment très très beau.

« J’avais l’impression d’avoir Dieu en face de moi tellement c’était beau »

Quand on est face à des montagnes comme ça, j’avais l’impression d’avoir Dieu en face de moi tellement c’était beau. Et c’est à ce moment-là que j’ai dit : si t’es vraiment à partout, tu dois être là aussi donc viens en moi, je t’ouvre mon cœur et je désire que tu viennes en moi. Et là il s’est passé un truc assez dingue, il faisait un calme plat et il y a eu une énorme bourrasque devant qui m’a complètement fouetté le visage pendant 3 secondes et qui s’est arrêtée d’un coup. Et c’est vraiment ce jour-là que j’ai compris que Dieu était là en moi et que j’avais juste à l’appeler pour qu’il arrive et que parfois je le sentais pas, le vent parfois il est tellement léger qu’on le sent plus beaucoup, mais j’avais juste à l’appeler pour qu’il arrive d’un coup, et qu’il me remplisse et qu’il me donne la force de continuer.

J’étais toujours dans le surplus dans la passion, dans l’amour vraiment fort alors qu’en fait avec Dieu j’ai pas besoin de ça, puisqu’il m’aime, je l’aime et finalement ça suffit. Et c’est pour ça que j’ai choisi de faire ça, de continuer à vivre avec Dieu aujourd’hui parce que je me rends bien compte que il n’y a que lui qui pourra me combler complètement.