Kerven

« Nous étions des croyants non-pratiquants »

Témoignage de Danielle
Danielle et son mari avaient "laissé la liberté de choisir" à leurs enfants. Lorsque leur aînée Déborah demande le baptême, un nouveau chemin s'ouvre

Nous nous étions mariés civilement seulement, car nous ne voulions pas d’une mascarade. Nous avions un grand respect pour les gens qui avaient une foi tellement “supérieure” à la nôtre. De même, nous n’avons pas fait baptiser nos trois enfants bébés. Nous étions soucieux de leur liberté et convaincus que c’était à eux de faire ce choix s’ils le voulaient lorsqu’ils seraient adultes.

Quelque temps après, notre fille aînée a également voulu être baptisée!

Depuis la petite enfance, notre fille Déborah avait un sens aigu du bien, qui ne venait pas seulement de notre éducation. Arrivée au seuil de la classe de seconde, elle nous a demandé à être scolarisée dans un lycée catholique. Mon mari étant lui-même enseignant dans l’enseignement public, cette démarche n’avait rien d’anodin au sein de notre famille. C’était même un peu révolutionnaire. Nous avons accepté et un jour, elle m’a dit qu’elle souhaitait suivre l’enseignement religieux pour se préparer au baptême. Nous n’avons mis aucun obstacle. Elle a été baptisée à l’âge de 17 ans. Ce fut une grande fête. Quelle émotion, pour nous, de la voir faire une telle démarche ! Et cela ne s’est pas arrêté là puisque quelque temps après, notre fille aînée, Stéphanie, a été baptisée à son tour dans le sillage de sa petite sœur. Puis elle s’est mariée à l’Église.

Déborah fréquentait de plus en plus le monastère…

Déborah aimait beaucoup aller en retraite chez les Petites sœurs de Bethléem dans un monastère situé non loin de chez nous. C’est un lieu d’une grande intensité. Nous l’y emmenions et nous venions la rechercher. Un peu plus tard, elle est partie en Israël. Elle voulait discerner sa vocation. Nous sommes allés la voir. Un jour elle m’a téléphoné pour me dire qu’au bout d’un an de discernement, elle avait décidé de devenir Petite sœur de Bethléem. Je pense que j’étais prête à accueillir la nouvelle. Je n’ai pas eu d’effort à faire. J’étais convaincue que c’était son chemin et que j’allais l’accompagner. Puis, j’ai été « missionnée » pour l’annoncer aux uns et aux autres. Tous n’étaient pas prêts au même degré. Cela a été une épreuve. Tout spécialement pour mon mari qui a réalisé brutalement que sa fille avait 21 ans, et qu’il allait « la perdre », en quelque sorte. C’était la grande inconnue et beaucoup de peurs envahissaient son cœur : quelle allait être sa vie maintenant ? Serait-elle heureuse ?

C’est à Cana que nous avons décidé de nous marier à l’Église

Nous nous sommes rendus sur place. Mon mari s’est mis au travail tout de suite car les travaux ne manquent pas et, par ce biais, il est entré en contact avec les sœurs. Très vite, il s’est apaisé et les sœurs sont devenues comme ses filles ! Simples et rayonnantes, elles transmettent beaucoup d’amour, de paix, de joie. Dans l’ambiance du monastère, nous avons pu approfondir notre connaissance du Christ. Le silence nous a peu à peu recentrés sur l’essentiel, loin du vacarme et des distractions du monde. C’est le lieu de la rencontre. À travers ce silence, mais aussi la liturgie, le travail, nos relations avec les sœurs, nous avons pu goûter de plus en plus à l’amour de Dieu.

Sur la suggestion de ma fille, j’ai organisé un pèlerinage en Terre Sainte. Quand nous sommes arrivés à Cana, le prêtre a proposé aux personnes mariées de renouveler leur engagement. C’est à ce moment-là qu’est née l’idée de nous marier à l’Église, ce que nous avons fait !Lorsque nous relisons toute notre histoire familiale, nous voyons que c’est comme si notre fille nous avait pris par la main pour nous guider vers le Christ. Et nous l’avons suivie.

Plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

"j’ai senti que c’était pour me dire au revoir"

Théo s’éloigne de la foi après le divorce de ses parents, peu après ses douze ans. Des années plus tard, tandis que sa grand-mère vivait ses derniers jours, c’est vers la prière qu’il se tourne pour traverser ce moment douloureux de sa vie. Sa relation à Dieu s’en trouve renouvelée.
Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Si Dieu existe, pourquoi la souffrance ?

Gisèle grandit dans une famille catholique mais à l’adolescence elle fait un rejet de la foi. Cependant, quelques années plus tard, c’est à travers sa profession d’assistance sociale qu’elle est traversée par des questions existentielles liées à la souffrance et à l’existence de Dieu. Un signe reçu lors d’une retraite va transformer sa relation aux autres ainsi que son regard sur les souffrances qu’elle accueille désormais différemment.
"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

"Si c’est ça vivre, à quoi bon continuer ?"

Guilhem découvre de façon brutale son adoption. Il est alors saisi d’une sensation d’abandon qui le conduit dans ce qu’il décrit comme une descente aux enfers. Vient alors le confinement, apparaissant comme une échappatoire à la souffrance vécue quotidiennement à l’école. Grâce à ses parents qui l’ encouragent à suivre les célébrations de Pâques en ligne, il fait une découverte qui va donner un nouvel élan à sa vie : des petits pas vers une nouvelle relation avec Dieu.
Est-ce que Dieu existe ? 

Est-ce que Dieu existe ? 

Marquée par une enfance difficile, Céline s’est retrouvée à un moment de sa vie face à des questionnements existentiels. Sa rencontre avec un professeur de philosophie va la conduire vers un vrai cheminement spirituel. Une aventure de la foi au cours de laquelle elle va passer du concept de Dieu, à la relation avec Dieu.

SOUFFLE

Un encouragement par semaine
pour donner de l'énergie à votre vie quotidienne !

Confiez-nous votre prière

Un chrétien de l’équipe Découvrir Dieu vous répondra
après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

écrivez-nous votre intention

Un chrétien de l’équipe Découvrir-Dieu vous répondra

après avoir pris un temps pour prier spécialement pour vous.

Votre intention
Merci de rédiger votre intention
Merci de renseigner votre adresse email
[lire les CGU]

Appelez le 09 80 80 64 40,

un chrétien vous écoute

et prie pour vous.

Appelez le

09 80 80 64 40,

un chrétien

vous écoute

et prie pour vous.

Trouvez l’église

la plus proche

de chez vous