Play Video

J’étais rongé par le remord

Témoignage de Alexandre
Suite au décès brutal d’un proche, Alexandre tombe dans une dépression avec un fort sentiment de culpabilité. Il découvre le pardon du Christ au cours d’un événement chrétien.
Je suis né dans une famille catholique, pratiquante. Je suis baptisé, j’ai fait ma Première Communion un peu en retard, j’ai refusé de faire ma Confirmation. Je ne voulais pas la faire parce-que je n’en voyais pas l’intérêt. Cela ne m’apportait rien. J’avais une relation très commerciale avec Dieu. Cette relation ressemblait à : “donne-moi quelque chose et je fais quelque chose” et l’inverse: “s’il m’arrive quelque chose, c’est que je ne t’ai pas donné quelque chose”.
Il y a trois ans, j’ai connu un décès proche de ma famille, très très proche, qui m’a plongé dans un état proche de la mort. Ce décès a été très brutal. Ont suivi des mois et des mois de dépression, de pleurs… Tout ce qu’on peut connaître avec le deuil. Et surtout un sentiment de culpabilité, de ne pas avoir agi, avant et pendant. Des remords qui m’ont bouffé pendant pas mal de temps.
En 2018 je suis venu à un rassemblement de jeunes chrétiens, j’avais besoin de renouveau et je suis venu avec des questions assez fortes. On m’avait dit : « Si tu viens à Paray, n’attends rien mais sois ouvert », mais j’avais quand même des attentes. J’ai reçu énormément de messages, de mots, des conversations que j’ai eues avec les gens que j’ai rencontrés, sur le pardon. Je ne pensais pas que ça allait autant me toucher, m’affecter au long de l’année. En fait je me suis rendu compte que le Seigneur m’avait pardonné, qu’il avait pardonné mes erreurs du passé et qu’il me faisait encore confiance malgré tout.
Quelque part ce décès m’a fait grandir aussi. Je me suis senti aidé et épaulé. Je ne vais pas dire que le deuil est fini, il y a toujours des blessures, je ne suis pas guéri à 100% mais au moins je suis conforté dans le sentiment que l’on m’avait pardonné. J’ai senti que j’avais été pardonné. Le Seigneur m’a montré que les personnes qui sont décédées, qui sont loin de nous sont toujours présentes et j’ai ce sentiment qu’elles intercèdent pour nous réellement, tous les jours.
Je pense que Dieu pour moi est maintenant un ami, un confident à qui je peux parler librement, quelqu’un à qui je peux me confier et surtout qui m’écoute, ce qui n’était pas le cas avant, en tout cas je n’en avais pas l’impression. Maintenant j’ai vraiment l’impression d’être écouté et je me sens moins seul.
Témoignage recueilli et réalisé en partenariat avec KTO
Vous avez été touché
par le témoignage de Alexandre ?

Un encouragement par semaine pour découvrir l'impact que Dieu à dans votre vie de tous les jours

voir plus de témoignages

de vies transformées par Dieu

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

"Si cet homme croit en Dieu, ça doit être vrai"

Non croyant, Gilles est marqué par un professeur de français qui lui parle d'un Dieu créateur, bon et grand. Cette rencontre sera la point de départ d'une longue quête personnelle vers Dieu.
"Ma timidité a disparu"

"Ma timidité a disparu"

Issue d'une famille très conflictuelles, Hélène se replie sur elle-même et devient très timide. La prière va devenir son arme principale pour vaincre la peur !
« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

« J’ai appris à m'aimer et à aimer »

Quand Jean-Luc rencontre sa future femme, elle lui apprend qu'elle est très croyante. Il accepte alors à sa demande de se poser la question de l'existence de Dieu.
« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

« J'avais un vide intérieur qui me pesait »

Faire la fête, s'éclater, avoir des petits amis. C'est le programme que de Véronique pendant ses études aux États-Unis. Il va être quelque peu bousculé par les événements.